L@boratoire des internautes

1591, testament d’un chirurgien de Fontenay-le-Comte

BILLET CLOS LE 9 février 2013. Voir l' album paléographique et la biographie de René Cordier

L'objet de ce testament est de consolider la situation de la femme de René Corbier qui, une fois devenue veuve, pourrait se heurter aux revendications de ses deux enfants. 

Il manque à la transcription de ce texte quelques mots, soit à déchiffrer, soit à confirmer. Quelqu'un pourrait-il les compléter ? 

Les formules pieuses de ce testament ne se réfèrent ni à la communion des saints, ni à l’Église. Ce chirurgien serait-il protestant ? Connaissez-vous d'autres testaments de cette époque permettant de le confirmer ? 

En sait-on plus sur ce chirurgien ou sur son épouse, Marguerite Bonnet ? 


Date de publication : 18 janvier 2013

Auteur du billet : Mme C.G. (mai 2011)

Liste des commentaires

Le 22/01/2013 à 15h22, Philippe Jaunet a écrit :

René Corbier était en effet protestant. Il figure parmi les signataires de la pétition formée le 11 janvier 1579 par les anciens de l'église réformée de Fontenay-le-Comte, qui jugeaient qu'il était très incommode pour eux et leurs amis de se rendre à Puybernier en Longèves, où avait été transféré le temple. Ils souhaitaient notamment que le local fût aliéné (Chroniques paroissiales de Longèves, pp. 29-30). Dans ses "Notes généalogiques" (t. X), Jean Maillaud étudie la famille Corbier, dont René, barbier et chirurgien à Fontenay, est le plus ancien ancêtre connu. Celui-ci convola vers 1575 avec Marguerite Bonnet, qui était la fille d'un chirurgien et barbier fontenaisien et tous deux s'éteignirent avant 1591, laissant Pierre, maître chirurgien à Fontenay et Marie, épouse successive de René Deryé, marchand au Langon et de Nicolas Robin, lieutenant de la justice de Saint-Michel-en-l'Herm. Le 9 mai 1590, Nicolas Rambaud, René Corbier, Jacques Martineau et Nicolas Baillot, chirurgiens à Fontenay, procédèrent à l'autopsie du cardinal de Bourbon (Charles X, roi de la Ligue), en présence de trois médecins.

Le 22/01/2013 à 15h42, Philippe Jaunet a écrit :

Le testament de René Corbier est daté du 12 janvier 1591 et celui-ci mourut avant le 21 mai suivant, date où fut affermée la boutique du logis appartenant à ses enfants mineurs. Sa veuve vivait peut-être encore à cette date, mais elle était décédée avant le 18 juillet 1609, lorsque fut partagée la succession des époux.

Le 26/01/2013 à 00h33, le00h20 a écrit :

Benjamin Fillon en 1872, dans son "Eglise réformée de Fontenay-le-Comte", mentionne deux Bonnet au XVIème s. à Fontenay, peut-être non parents de l'épouse de René Corbier. A la p.6, un tanneur prénommé Pierre qu'il cite parmi les premiers adeptes, et en p.15, le procureur Christophle Bonnet, en 1578 puis en 1585 comme membre du consistoire local.

Le 29/01/2013 à 18h13, Alain Charriaut a écrit :

A mon avis il s'agit bien d'un testament de "la religion prétendue réformée" car il y a l'invocation de Jésus et pas celle de la Vierge Marie, ni élection de sépulture.
La transcription n'étant pas disponible, je donne ma contribution:
ligne 11 : veuille
ligne 15: encore de présent
ligne 24: autrement

Le 30/01/2013 à 09h49, Archives £ a écrit :

La transcription est à nouveau disponible (mystère de l'informatique).

Tout à fait d'accord pour les trois lectures proposées.
Merci de participer à cet exercice qui n'a rien de gratuit. Les textes, une fois transcrit, seront publiés dans l'Album paléographique que nous venons d'ouvrir avec quelques pièces de la Révolution pour le moment.

Le 31/01/2013 à 14h45, Philippe Jaunet a écrit :

Il est intéressant de remarquer que le réformé René Corbier, qui pouvait demander à un notaire de sa confession, tel Pierre Robert, de recevoir ses dernières volontés, choisit un notaire catholique.

Le 31/01/2013 à 15h00, Philippe Jaunet a écrit :

Jehan Lymonneau est incontestablement le tabellion fontenaisien dont l'écriture est la plus difficile à déchiffrer... Voici mes propositions pour la transcription :
ligne 7 : "royaulx" au lieu de "royaux" ; ligne 8 : "soubzscriptz" ; ligne 10 : de "son" (mot oublié) filz ; ligne 11 : "veulles" (pour "veuille") ; ligne 14 : "et" agréables ; ligne 15 : "encore de present" ; ligne 18 : que "ainsi" m'a ; ligne 20 : "u[s]tancilles" ; ligne 24 : "doumaines" propres et "antiens" ; ligne 26 : Bonnet "a perpetuité" ; ligne 27 : "noz" enffans ; ligne 28 "procréez" ; ligne 29 : "encore que" ; ligne 30 : "que" est rayé dans le texte ; ligne 33 : oui pour "garentir" ; ligne 34 : "lesdites" choses ; ligne 35 : "et a ce faire"... "obligé" ; ligne 36 : "presens" ; ligne 39 : "estably"... "scel royal" ; ligne 41 : "esté" ; ligne 43 : "Jehan" Lymonneau... "juréz" ; ligne 44 : soubzmis et "sesdictz biens" ; ligne 49 : "braz percluz" ; ligne 50 : Lymonneau "prothocolle" (mot déduit d'autres textes).

Le 09/02/2013 à 23h43, Archives Vendée £ a écrit :

Merci aux relecteurs et commentateurs de ce texte. Il sera publié d'ici quelques jours dans l'Album paléographique, sans crainte d'erreurs, et le chirurgien René Cordier fait déjà l'objet d'une notice dans le Dictionnaire biographique, grâce aux apports des commentaires.
http://vendeens-archives.vendee.fr/personnalite/view/9698